Louer ou acheter un bien ? C'est une décision personnelle, qu’il vaut mieux ne pas prendre à la légère. Écoutez votre raison, votre cœur, votre famille, vos amis et faites-vous conseiller par un expert en la matière, votre banquier ou votre notaire. Dans l'intervalle, laissez-vous déjà inspirer par les témoignages vidéo de Marc (locataire) et de Sophie (acheteuse).

Locataire ou propriétaire ?

Louer ou acheter ? Les arguments en vidéo de Marc et Sophie !

Dans cette vidéo, vous visionnerez sept affirmations concernant la location et l’achat d’une habitation. Il n’y en a pas de bonnes ou de mauvaises : toutes correspondent, plus ou moins, à des situations dans lesquelles vous pourriez vous reconnaître. Nous allons développer chacune d’entre elles avec un petit mot d’explication ou un témoignage, afin de vous aider dans votre choix entre l’achat et la location.

1. L’immobilier conserve sa valeur, un avantage dont les locataires ne profitent pas.

Par rapport aux locataires, l’argent consacré au logement par les personnes qui remboursent un prêt sert à financer leur propre bien, tandis que le loyer part intégralement dans la poche du bailleur. En outre, l’immobilier prend souvent de la valeur. Ce dont les acheteurs profitent et non les locataires.

2. Avoir une maison à soi, c’est garder une poire pour la soif, ce dont les locataires ne bénéficient pas.

Cengiz (40) : “Je possède un appartement, trois magasins et un studio. Pas d’épargne-pension pour moi. Je mets tout mon argent dans des biens immobiliers et j’espère en tirer davantage plus tard !”

3. Les remboursements de crédit à taux fixe ne sont pas majorés par l’inflation, les loyers sont, par contre, indexés.

Lorsque vous empruntez avec un taux d’intérêt fixe, vous ne subissez pas du tout l’inflation. Si vous avez opté pour un taux variable, vous en subissez les conséquences mais de manière réduite parce que la hausse est plafonnée. Par contre, un locataire paie chaque année un loyer plus élevé, parce que celui-ci est indexé annuellement et peut augmenter de 1,5 à 4%.

4. Les acheteurs bénéficient d’avantages fiscaux, les locataires non

Tom (37) : “Nous avons investi tout notre argent dans notre propre habitation, mais grâce au bonus logement, nous profitons chaque année d’un avantage fiscal, que nous réinvestissons dans notre maison.”

5. Les acheteurs doivent prévoir un apport propre important, les locataires, une somme moins élevée.

Si vous voulez acheter un logement, vous devrez de préférence disposer d’un capital de départ correspondant à 20% de la valeur de votre habitation et prévoir un capital supplémentaire pour couvrir les coûts administratifs. Pour une habitation de 200.000 euros, il faut donc disposer de 40.000 euros de fonds propres. Si vous voulez louer un logement ou une chambre, vous devrez généralement bloquer ‘seulement’ deux mois de loyer supplémentaires, à titre de garantie.

6. Les locataires conservent leur liberté, les acheteurs sont liés à leur bien

Mieke (26) : “Pour l’instant je suis une locataire heureuse. Je me sens libre d’aller et venir où je veux. Si je décide d’aller à l’étranger demain, je résilie mon bail et hop, je suis partie !”

7. Les acheteurs doivent payer toutes sortes de frais auxquels les locataires échappent

Outre les coûts uniques à payer au moment de l’achat d’un logement, vous devrez également régler certains frais fixes, comme le revenu cadastral, la taxe communale, les travaux d’entretien, etc. Découvrez les coûts liés à l’achat d’une habitation dans cette présentation très instructive